Présentation de l'Aïkido

Apprendre l’Aïkido uniquement dans l’optique de savoir combattre, c’est comme vouloir étudier une statue en ne contemplant que l’ombre qu’elle projette! Ainsi l’Aïkido est une école de vie qui s’applique à chaque moment et dans toute situation de la vie. Son enseignement délivre des règles essentielles à la vie sociale: on y apprend l’indulgence (compassion), l’abandon de l’arrogance, le désamorçage et l’évitement de situations de conflits physiques, verbaux ou moraux. Ainsi le savoir acquis dans le Dojo (salle d’entraînement) a autant d’applications que le ou la pratiquant(e) a d’activités dans sa vie.

L’Aïkido, pratiqué sincèrement, alimente la joie de vivre, réveille le naturel et favorise l’ouverture d’esprit. L’Aïkido n’est pas une religion, même s’il comprend toutes les religions. C’est un art de vivre, on apprend d’une part à s’écouter soi-même, d’autre part à s’appliquer davantage à comprendre ce qui constitue notre environnement proche et lointain (nature et société).

ImageMaître Morihei Ueshiba (1893 – 1969) a défini en 1929 les principes de l’Aïkido en intégrant aux techniques des arts traditionnels purement physiques les valeurs morales de l’être humain.
C’est en effectuant la synthèse de toutes les techniques des arts martiaux et des réflexions philosophiques inspirées par les principes de la non-violence que le Maître japonais Ueshiba a créé l’Aïkido.

La pratique de cette discipline non compétitive n’a pas pour objectif final la destruction de l’adversaire, ni même la dissuasion par la crainte, mais au contraire, un échange d’énergie propre à désamorcer l’agression et à évacuer la situation de conflit.

 

 

Au-delà des apparences

Aussi la pratique régulière de l’aïkido favorise-t-elle la circulation des énergies telles qu’on les conçoit dans le shiatsu, le genki kaï, le seitaï, l’acuponcture ou la médecine chinoise. On travaille sur l’ouverture des centres d’énergie principaux (chakras), comme dans le yoga, dans la méditation (l’Aïkido en est d’ailleurs une forme) ou dans le Hojo (qui développe aussi la concentration). On dit souvent que les aïkidokas pratiquant depuis un certain temps développent d’excellents talents de masseurs (la sensibilité des mains s’accroît).

L’aïkido aiguise la perception d’autrui et des événements. On peut ainsi apprendre à sentir les états d’âme des autres personnes (colère, tristesse, fragilité, bonheur, ...), à sentir des situations de conflit alors qu’elles sont encore à l’état de germes, c’est-à-dire avant qu’elles se réalisent vraiment, et à les éviter, comme on évite un coup de poing.

 

En pratique

Les principes de l’Aïkido sont la non-violence et le respect de l’autre.

L’aïkidoka utilise prioritairement l’esquive; pour éviter tout heurt, il guide l’attaque de son partenaire en le contrôlant au maximum jusqu’au point de déséquilibre. A ce moment,l’aïkidoka choisit la projection ou l’immobilisation selon l’effort que demande l’une ou l’autre, s’accordant au mieux aux énergies déployées et à l’efficacité recherchée.

Parce qu’il tend au parfait équilibre du corps et de l’esprit, l’harmonie et l’équilibre caractérisent les techniques de l’Aïkido, qui, à travers elles, constitue une méthode d’éducation complète en accord avec les nécessités de nos sociétés.

Cet art martial «philosophique» contribue à l’épanouissement physique, mental et relationnel de la personne. En effet, la pratique de cette discipline conduit au développement harmonieux du corps. L’exécution des mouvements impose l’acquisition des réflexes, l’étude de sa propre stabilité et la recherche du déséquilibre de l’attaquant ainsi que la connaissance et l’utilisation de l’énergie.

 

 

 

 

 

Image

« Puisse la paix régner
dans le Monde »

Message ancré dans le sol du jardin entourant le dojo du fondateur de l’aïkido, à Iwama près de Tokyo au Japon.

(photo : E. Graf)

 

  
L’Aïkido ne faisant pas appel à beaucoup de force physique, chacun peut le pratiquer, enfant ou adulte. Sa pratique rigoureuse sur le tatami constitue une véritable école de droiture et de respect. La recherche de l’attitude juste au bon moment, la pureté du geste et de la pensée font de cet art martial une discipline originale où l’idéal de perfection allie nature et culture, corps et esprit.

De nombreux pratiquants viennent à l’Aïkido pour son aspect de défense personnelle, ils perçoivent cependant très vite qu’il est plus qu’un simple ensemble de techniques visant à maîtriser un adversaire éventuel. Au-delà du plaisir sportif immédiat, il procure une compréhension accrue de soi et des autres ainsi qu’une valorisation des qualités humaines.